La réception classique : paradigme scientifique et enjeux pédagogiques

Cet article est issu de la première partie de la communication à deux voix « La tradition classique en question : enjeux théoriques et pratiques pédagogiques », donnée par Clara Daniel et Benjamin Sevestre-Giraud au congrès de l’APLAES, Aix-en-Provence, MMSH, 8 juin 2022.

____________________________________________

Depuis la fin du XXe siècle, une nouvelle approche a pris une ampleur considérable dans les études anciennes : les Classical Reception Studies (études de réception classique). Après avoir défini les aspects scientifiques de ce champ de recherche né au Royaume-Uni, nous évoquerons son implantation dans le système scolaire et universitaire français. Dans un troisième temps, nous examinerons les critiques les plus récurrentes émises à l’encontre de modèle.

Le paradigme de la réception classique

Naissance d’un champ de recherche

En 1993, C. Martindale, professeur de latin et de littérature comparée à l’Université de Bristol, publie un ouvrage intitulé Redeeming the Text: Latin Poetry and the Hermeneutics of Reception1. À partir d’une réflexion sur l’interprétation de la poésie latine, ce texte va rapidement devenir au Royaume-Uni un manifeste en faveur d’un renouvellement des sciences de l’Antiquité. La démarche de cet universitaire est empruntée à la théorie littéraire née en Allemagne dans les années 1960, sous le nom de Rezeptionsästhetik (« poétique de la réception »). Inspirée par l’herméneutique de Gadamer, cette théorie développée par H. R. Jauss et W. Iser met l’accent sur la réponse esthétique du destinataire2. Celui-ci n’est plus perçu comme le récepteur passif d’une œuvre dont le sens serait déjà fixé. Il faut prendre en compte l’horizon d’attente dudit lecteur, déterminé à la fois par le contexte de son époque, par le bagage de ses connaissances culturelles, par son vécu, etc.

En reprenant cette théorie pour mettre l’accent sur le rôle de la lecture dans l’interprétation d’un texte ancien, C. Martindale énonce deux principes pour étudier toute œuvre antique, qu’il définit comme les enjeux de la nouvelle méthode critique qu’il propose. D’une part, le texte ancien ne possède ni autonomie ni sens véritable : l’implication du lecteur dans l’interprétation est nécessaire pour faire advenir une signification potentielle. D’autre part, et par conséquent, le texte antique ne se situe pas uniquement dans son contexte historique : sa temporalité existe dans un rapport dialogique non hiérarchisé entre époque de création et époque(s) de réception, contextes à multiplier selon le nombre de réceptions qui ont pu avoir un effet particulier dans la transmission d’une œuvre.

La théorie de la réception littéraire appliquée aux textes anciens, puis élargie à tout objet d’étude issu de la culture antique, connaît depuis la fin du XXe siècle un engouement académique, avant tout dans le monde anglophone. Il est possible de définir cette approche à partir de deux principes fondamentaux.

Un modèle comparatiste

En promouvant la conservation et l’étude du patrimoine antique, la tradition classique a eu tendance à sacraliser les sources anciennes, dans leur version originale (pour autant que l’on puisse parler « d’original » dans le cas de sources reconstruites). Dans un ouvrage de didactique consacré à la nécessité de renouveler l’enseignement des langues anciennes, D. Augé évoque cette « vénération » éprouvée envers les textes antiques, « dont la beauté n’est que rarement mise en doute, mais au contraire installée comme un postulat initial et incontestable3. » Ainsi « vénéré », l’héritage antique est devenu, dans une certaine tradition académique, supérieur et intouchable, au sens où il y aurait sacrilège à s’en emparer en dehors de canaux culturels et scientifiques considérés, par les érudits, comme seuls légitimes.

Or, le premier bouleversement qu’introduit la réception dans cette logique verticale de « l’héritage » est de penser la production culturelle sur un modèle dialogique, valorisant le rôle du récepteur pour faire advenir la signification. La réception défend une logique horizontale consistant à comparer deux éléments : un élément antique et le devenir de cet élément selon des paramètres choisis (telle société, telle époque, tel contexte, tel public), sans que l’élément antique soit doté d’une légitimité intrinsèquement supérieure, puisque le contexte de réception importe autant que le contexte de création

Un modèle démocratique

La réception a aussi été présentée comme un « tournant démocratique » salutaire pour la culture classique, à la fois à l’université et dans la société. Cette expression, le democratic turn, a été popularisée dans le milieu de la réception à la suite d’une publication. Provenant d’un séminaire en ligne et d’une conférence internationale (2009-2010), il s’agit de l’ouvrage publié en 2013 par L. Hardwick et S. Harrison sous le titre Classics in the Modern World : A ‘Democratic Turn’?4. En introduction, afin d’établir les causes de ce tournant, les deux spécialistes présentent trois facteurs liés au développement de la réception : le déclin des études classiques traditionnelles, la remise en question du stéréotype liant culture classique et élite occidentale, l’inclusion du matériau antique dans les productions de la culture populaire.

Même si la démocratisation des études classiques n’est, à la fois, ni un phénomène récent ni un acquis global, il est certain que la réception y a contribué, de plusieurs manières. Ce champ de recherche est en effet marqué par une importante ouverture pluridisciplinaire et thématique. Si les sciences de l’Antiquité entretiennent depuis longtemps un dialogue permanent avec l’histoire de l’art, la littérature ou la philosophie, l’une des nouveautés de la réception réside dans le fait d’accueillir, au sein du discours universitaire, des spécialistes situés hors du monde scientifique : des poètes, des traducteurs ou des metteurs en scène contemporains vont intervenir, dans des colloques ou des publications, pour commenter leur propre travail artistique.

En outre, vouloir dépasser la tradition classique conduit les chercheurs en réception à revendiquer des affinités théoriques avec les récentes sciences sociales, politiques et culturelles venues des États-Unis et connues sous l’appellation générique de Studies. Apparaît ainsi une nette affiliation avec les Cultural Studies, Postcolonial Studies, Gender Studies et Queer Studies, qui tentent de déconstruire les idéologies de la domination, à laquelle a contribué la tradition classique. Les spécialistes en réception vont considérer plus volontiers les problématiques vécues par certains groupes sociaux (femmes, populations immigrées, personnes LGBTQI+) et aires culturelles (territoires arabes, africains et asiatiques) historiquement oubliés, afin de remettre en question la tradition séculaire des études classiques conditionnées par une ancienne norme occidentale, masculine et élitiste.

L’inclusion, dans le propos théorique, de questions sociopolitiques issues du monde contemporain se répercute aussi dans le choix des sujets antiques. En termes de périodes et d’auteurs par exemple, un éloignement vis-à-vis du canon classique est perceptible, comme l’a relevé J. Porter dans un essai intitulé « What is Classical about Classical Antiquity? »5. Avec la réception, l’Antiquité se trouve moins systématiquement réduite à ses deux âges d’or canonisés, la Grèce de Périclès et la Rome d’Auguste ; l’on redécouvre sa multiplicité et sa richesse.

Enfin, la réception met en lumière la rencontre entre culture classique et culture populaire. Pour le dire simplement, la « culture pop », marquée par le goût actuel du grand public pour la « matière antique » selon l’expression de V. Gély, est devenue une question scientifique grâce à la réception. En France, il faut mentionner, par exemple, les travaux de C. Aziza sur le cinéma et la bande dessinée6 et, encore plus récemment, au succès que rencontre le carnet de recherche Antiquipop, lancé par F. Bièvre-Perrin en 2015. Au-delà des travaux scientifiques, cette nouvelle approche favorise une circulation assez fluide – et peut-être problématique – entre, d’une part, le savoir universitaire et, d’autre part, le divertissement culturel. Intéressons-nous à présent à la place de la réception dans l’enseignement des LCA en France. 

La réception classique dans l’enseignement des LCA

« légitimité de ce désir »Quelle influence a la recherche scientifique en réception sur les théories et les méthodes de l’enseignement actuelles en sciences de l’Antiquité ? À titre de comparaison, dans le système britannique, la réception est devenue une réalité pédagogique, représentée par des cursus universitaires. On peut citer l’exemple du parcours de Master intitulé « The Classical World & Its Reception » au King’s College de Londres. Offert par le département des Classics, ce parcours est interdisciplinaire et ouvert à des étudiants n’ayant jamais fait de langues anciennes. À Oxford, a été créé récemment un parcours de Licence comparatiste intitulé « Classics and the English », où sont étudiées des traductions anglaises d’œuvres antiques, avec une obligation de prendre latin ou grec. De manière globale, la réception classique a fait évoluer au Royaume-Uni les enseignements consacrés à l’Antiquité gréco-latine. Selon un calcul de J. Paul, qui travaille sur les réceptions cinématographiques de l’Antiquité, les séminaires portant sur l’Antiquité au cinéma seraient présents dans un tiers des départements d’études classiques au Royaume-Uni7.

En France, la situation est loin d’être similaire. En l’état actuel des connaissances, un double constat doit être fait. D’une part, la réception ne représente aujourd’hui aucune réalité institutionnelle qui serait le fruit d’une impulsion concertée. Lorsque l’on regarde les programmes du supérieur, l’orientation et l’offre pédagogique globales ne semblent pas avoir radicalement changé. En 2005, C. Lévy, à Sorbonne Université, a créé un parcours de Licence interdisciplinaire intitulé « Culture antique et monde contemporain », qui se présente comme une formation de culture générale, mais le socle fondamental est celui de la rhétorique. Ce parcours ne semble pas inclure d’études de réception sur la diffusion de la culture antique.

D’autre part, et en revanche, les initiatives individuelles, à l’échelle locale, existent. À l’université, nous trouvons non pas des parcours diplômants, mais des cours, des modules et des séminaires dédiés à ces thématiques, que ce soit au sein des départements de lettres classiques ou dans d’autres départements d’ailleurs. Citons deux exemples. À l’université de Pau, J. Gallego, Maîtresse de conférences en langue et littérature latines, enseigne un module consacré à l’Antiquité dans la bande dessinée. À l’université d’Aix-Marseille, entre 2018 et 2020, T.-A. Besnard, Docteure en histoire de l’art, a enseigné un module dans le département d’arts plastiques. Son cours, d’un côté, balayait les grandes périodes dans l’histoire de l’art antique grec, romain et égyptien, et, de l’autre, étudiait le recyclage d’œuvres antiques dans la culture audiovisuelle contemporaine (cinéma, séries, publicité, jeu vidéo). Dans le secondaire aussi, des enseignants consacrent des séquences à ces questions. E. Pampanay, enseignante en collège, a ainsi étudié avec ses élèves la réception de Cléopâtre.

Il faut noter que ces initiatives citées nous sont connues grâce au projet de recherche mené à travers le carnet Mentor et le séminaire « Pédagogie et réception : la matière antique dans la classe ». C’est dans ce cadre que nous avons été amenée à rencontrer des enseignants porteurs de ce type de projets pédagogiques dans leurs classes. Il resterait par conséquence une enquête nationale à mener à ce sujet, surtout dans le secondaire, parce qu’au-delà des programmes généraux édictés en haut lieu, nous manquons d’informations globales sur la réalité des pratiques enseignantes. En tout cas, la conclusion que l’on peut tirer aujourd’hui, c’est que la réception classique est un enjeu transversal en sciences de l’Antiquité dont s’emparent certains enseignants. Cependant, les initiatives sont individuelles, de terrain, et proviennent des goûts personnels d’antiquisants qui sont eux-mêmes bien souvent investis dans la recherche en réception.

Les limites de la réception classique

Comme la réception est une approche récente à l’aune de l’écrasante histoire des sciences de l’Antiquité, il n’est pas évident de comprendre ses enjeux avec le recul nécessaire. Alors, face à un manque de retombées institutionnelles, dans l’enseignement français du moins, et pour imaginer la possibilité d’une implantation disciplinaire durable, il faut aussi s’attarder sur les limites de cette approche. Nous finirons donc par interroger, sous forme de trois points, les critiques régulièrement émises à son encontre, et tenterons d’apporter des réponses potentielles pour consolider le paradigme.

Une absence de socle unitaire ?

La réception classique fait coexister une pluralité d’approches qui, tout en représentant la vitalité de ces études, peuvent empêcher l’établissement d’une nouvelle discipline. Évoquant la difficulté de trouver un poste à l’université américaine, J. Porter évoque le manque de « normes rigoureuses » pour fonder, en théorie et en pratique, les critères de ce modèle8. Du reste, une ambiguïté théorique fondamentale est toujours entretenue par le discours : est-ce que la réception classique est un champ de recherche au sein des Classics ou bien est-ce une nouvelle discipline à part entière ? L’importance accordée dans ces études à l’interdisciplinarité et à la transversalité constitue ainsi un défi en matière de cohésion des chercheurs et de cohérence scientifique. De plus, l’intérêt très prononcé envers d’autres disciplines présente le danger de voir ces recherches encore instables absorbées par ces disciplines voisines, au fondement institutionnel plus ancré. C’est la conclusion que soulève C. Martindale, dans un numéro spécial de la revue Classical Reception Journal célébrant les vingt ans de la publication de son ouvrage manifeste: si les études de réception sont adoptées sans théorie solide qui puisse englober et, de cette manière, refonder les études classiques, elles risquent de se trouver diluées dans les World Studies ou encore les Cultural Studies9. L’absence de consensus concerne enfin le contenu thématique. Par exemple, C. Martindale, partisan d’une approche textuelle, a exprimé sa réticence face à la vogue des études filmiques10. Un problème de contenu majeur apparaît également lorsque l’on considère la part réelle écrasante occupée par les sujets grecs par rapport aux sujets romains.

Le corrélat de cette absence de socle théorique est une absence de formation pédagogique. Dans le secondaire comme dans le supérieur, les enseignants qui introduisent de la réception dans leurs cours, sont tous et toutes pour l’instant autoformés. Cela pose question, puisqu’il faut recourir à des compétences comparatistes très spécifiques, notamment la capacité à analyser des productions de la culture médiatique, ce qui n’est pas un savoir-faire enseigné en lettres classiques. Et bien entendu, une telle démarche pédagogique diffère de l’utilisation d’images et de vidéos en supports illustratifs, ce que de nombreux enseignants font déjà depuis très longtemps pour dynamiser les cours. Nous parlons ici de littératie visuelle et numérique, soit la compétence spécifique pour décrypter images et vidéos afin d’en proposer des études comparées. Aujourd’hui, pour devenir expert en classe de ces questions, cela requiert en amont un investissement personnel non négligeable. Pour l’avenir des LCA, il faudrait alors songer à proposer des formations pédagogiques aux enseignants et aux futurs enseignants.

Une approche trop ludique ?

La part qu’occupe la culture pop au sein des études de réception est source d’inquiétude pédagogique et scientifique pour certains antiquisants. C. Martindale a lui-même émis des réserves sur la tendance à recourir, dans l’enseignement, aux productions contemporaines que sont les films et les séries télévisées. Il voit en l’utilisation de ces ressources modernes une volonté de sauvegarder, par une entreprise de séduction, les études classiques. Selon le chercheur, étudier Gladiator ne serait pas productif en ce que le film n’engagerait aucun dialogue avec l’Antiquité réelle. Cette approche relèverait donc moins de la rigueur scientifique que du divertissement culturel.

Nous avancerons l’idée que ces critiques, sans être nécessairement infondées, proviennent parfois d’une confusion entre objet étudié/enseigné et cadre théorique. Les études de réception, en tant que discours sur les productions de la culture populaire, ont pour visée de reconnaître leur légitimé à être étudiées parce qu’elles appartiennent de fait à la réalité culturelle de l’Antiquité, sans pour autant faire la promotion de leur contenu. Selon P. Judet de la Combe pour réformer la pédagogie en lettres classiques, il faut partir de la « légitimité de ce désir » du public pour les images et les histoires antiquisantes11. Pour autant, il ne s’agit ni de mépriser la culture de consommation ni de l’encenser. Ce que propose la réception, lorsqu’elle est rigoureuse – nous en revenons au besoin d’établir des normes –, est de construire un métadiscours pour analyser les œuvres contemporaines, à partir d’une démarche comparatiste laissant une place aux sources antiques « authentiques ». Et ce n’est pas parce que la thématique possède un potentiel plus ludique dans la perception du public actuel pétri de culture pop que ces recherches ne reposent pas sur une méthodologie sérieuse débouchant sur des conclusions scientifiques. Lorsque C. Aziza présente l’enjeu de ses cours à l’université, il mentionne des films « nuls » et il insiste sur cette même idée. « La seule question importante, du moins à mes yeux, est de relier les connaissances et les fantasmes sur l’Antiquité à son étude, scolaire ou autre. Peu importe au fond le corpus, pourvu que le critique porte sur lui un regard scientifique, seul garant de la qualité — et de l’efficacité — de sa pratique pédagogique12. »

Quelle place pour les langues ?

Entre un foisonnement d’objets d’étude, un manque d’unité parmi les chercheurs et des principes théoriques et pédagogiques parfois flous, les études de réception, au moment précis où les sciences de l’Antiquité semblent en péril, pourraient aussi incarner, en prônant dans leur démarche dialogique une ouverture maximale, le danger d’une dissolution totale de la tradition classique. Poussée à son extrême limite, la réception n’aboutirait-elle pas à reconnaître l’inutilité de la connaissance des langues anciennes et des sources antiques ? Si tout est affaire de translatio culturelle, quelle serait l’impérieuse nécessité, pour parler d’un Virgile ou d’un Homère aujourd’hui, d’en connaître le texte en langue originale et de le replacer dans son contexte historique ?

De notre point de vue, le paradigme de la réception n’incarne pas l’ennemi de la tradition classique au sens où il détruirait notre rapport immédiat aux textes anciens et aux langues anciennes. Il ne s’agit pas de rejeter ou de remplacer les sources, mais d’accueillir aussi, au sein de la tradition savante, toutes formes de traduction. Dans un espace de culture aux frontières élargies se rencontrent alors transmissions universitaires et transmissions artistiques, de l’étude philologique d’un texte ancien à la lecture de traductions littéraires grand public, en passant par l’analyse d’une série télévisée.

D’ailleurs, dans les études de traduction en littérature comparée, le texte traduit n’a jamais vocation à remplacer l’étude de la source. Il s’agit, au contraire, de confronter les langues et les textes. D’une part, sans imaginer de manière catastrophiste la disparation des langues anciennes en sciences de l’Antiquité, la question urgente nous semble plutôt être celle de savoir comment articuler au mieux l’enseignement des langues anciennes et ce nouveau paradigme. Une grande réussite dans ce domaine serait la multiplication, en France et dans le monde, des ateliers scolaires sur le théâtre antique, qui proposent une synthèse entre étude du texte ancien et recherche d’adaptation scénique.

Conclusion : l’intérêt pédagogique de ce modèle théorique

Sans être une réponse unique apportée au défi de l’avenir des LCA, la réception classique nous paraît être une approche scientifique novatrice qui présente un intérêt pour enrichir la pédagogie actuelle. Pour conclure, nous souhaitons ainsi dégager les trois apports de la réception qui nous paraissent essentiels pour l’enseignement.

En premier lieu, la réception élargit le canon classique au-delà des périodes et des textes les plus étudiés et, à l’inverse, apporte une autre lumière à ce canon classique. En outre, cette approche accorde aux élèves un rôle actif face à un objet d’étude puisqu’il faut laisser place au contexte du récepteur et à ses interprétations. Ils prennent conscience que la « vérité du texte » résulte d’une succession d’interprétations voire de déformations. Cet engagement des élèves culmine d’ailleurs lorsqu’il s’agit de faire d’eux des créateurs de leur propre matériau antiquisant, à travers l’invention d’une bande-dessinée ou l’adaptation d’une pièce de théâtre, par exemple.

Enfin, la réception légitime, sans les mépriser, l’existence de toutes les œuvres. Cela revalorise auprès des élèves leur propre bagage culturel et leur révèle également que, contrairement à ce qu’a longtemps fait croire la norme classique, l’Antiquité ne se réduit pas à une production littéraire érudite, mais se définissait aussi comme le monde joyeux du divertissement populaire. Dans sa conférence consacrée au cours de bande dessinée qu’elle enseigne à l’université de Pau, J. Gallego a dû assurer à un étudiant, perplexe, qu’il aurait le droit d’utiliser le terme « manga » à l’examen. La réception, l’idéal d’une Antiquité sans frontières ?

  1. Charles Martindale, Redeeming the Text: Latin Poetry and the Hermeneutics of Reception, Cambridge ; New York, Cambridge University Press, 1993. []
  2. Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Claude Maillard (trad.), Paris, Gallimard, 1978 [éd. all 1972] ; Wolfgang Iser, L’acte de lecture : théorie de l’effet esthétique, Evelyne Sznycer (trad.), Sprimont, Mardaga, 1985 [éd. all. 1976]. []
  3. Dominique Augé, Refonder l’enseignement des langues anciennes : le défi de la lecture, Grenoble, ELLUG, 2013, p. 68 []
  4. Lorna Hardwick et Stephen Harrison (éd.), Classics in the Modern World: A ‘Democratic Turn’?, Oxford, Oxford University Press, 2013 []
  5. James Porter, « What Is “Classical” about Classical Antiquity? », in James I. Porter (éd.), Classical Pasts: The Classical Traditions of Greece and Rome, Princeton ; Oxford, Princeton University Press, 2006, p. 1-65 []
  6. Claude Aziza, Guide de l’Antiquité imaginaire : roman, cinéma, bande dessinée, Paris, Les Belles Lettres, 2016, nouv. éd. rev. et augm. [1ère éd. 2008]. []
  7. Joanna Paul, « Cinematic receptions of antiquity: the current state of play », Classical Receptions Journal, vol. 2, n° 1, 2010, p. 136–155, https://doi.org/10.1093/crj/clq005. []
  8. James Porter, « Reception Studies: Future Prospects », in Lorna Hardwick et Christopher Stray (éd.), A Companion to Classical Receptions, Malden ; Oxford, Blackwell Publishing, 2008, p. 469-481, p. 478. []
  9. Charles Martindale, « Response to Forum Debate », Classical Receptions Journal, vol. 5, n° 2, 2013, p. 246-251, https://doi.org/10.1093/crj/clt004. []
  10. Charles Martindale, « Reception – a new humanism? Receptivity, pedagogy, the transhistorical », Classical Receptions Journal, vol. 5, no 2, 2013, p. 169-183, https://doi.org/10.1093/crj/cls003. []
  11. Pierre Judet de La Combe, L’avenir des Anciens : oser lire les Grecs et les Latins, Paris, Albin Michel, 2016, p. 46 []
  12. Claude Aziza et Olivier Devillers, « Du Guide de l’Antiquité imaginaire au colloque ‘L’Antiquité au cinéma. Formes, histoire, représentations’ (Cinémathèque de Toulouse 25 février 2011). Quelques questions à Claude Aziza », Anabases [en ligne], 13, 2011, mis en ligne le 01/03/2014, http://journals.openedition.org/anabases/1892. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search