Mise en avant

Présentation du projet éditorial du carnet Mentor – la matière antique dans la classe

Quel professeur de Lettres (classiques ou modernes) n’a jamais évoqué en classe le film Gladiator (2008), la bande dessinée Astérix (1959-en cours) ou le dessin animé Hercule de Disney (1997) ? Grâce aux productions de la culture contemporaine, les ressources pédagogiques sur l’Antiquité gréco-latine ne cessent de se multiplier et permettent aux enseignants de varier les sources et de proposer aux élèves un matériau séduisant, parfois tiré de leurs propres références culturelles. Parallèlement, l’éclatement des usages et des matériaux pédagogiques ébranle l’image traditionnelle d’une culture classique homogène.

Russel Crowe dans Gladiator, 2000 © Universal Pictures

Enseigner la culture antique, son histoire et ses littératures, étudier comment ses références irriguent le monde contemporain ou suivre le devenir de cette matière antique à travers les siècles, c’est à chaque fois mettre en tension le présent et le passé, la connaissance de la source et sa réinterprétation, l’histoire et la fiction. Ces différents objectifs ne sont pourtant pas aisément superposables dans la pratique pédagogique.

Relever les erreurs factuelles (inexactitudes historiques dans Gladiator ou Astérix, incongruités mythographiques dans Hercule) peut s’avérer insuffisant pour aborder la diversité contemporaine des créations culturelles ayant trait à l’Antiquité. Une démarche strictement historiciste, qui déconstruit les œuvres de notre époque pour ne s’en tenir, en corrigeant les effets de l’anachronisme, qu’aux faits des civilisations antiques, instrumentalise mais ne problématise pas l’usage même de ces ressources. Limitées par cette perspective, celles-ci ne peuvent servir que de support d’illustration ou d’entrée en matière ludique à une mise au point historique ou culturelle. Or, si cette déconstruction est parfois nécessaire, elle ne permet pas de comprendre les enjeux idéologiques et artistiques qui déterminent les usages du passé.

Hercule, 1997 © Walt Disney Pictures

Une autre démarche est pourtant possible. Certains chercheurs en sciences de l’Antiquité se proposent en effet d’étudier non pas l’histoire mais le devenir de l’Antiquité des Grecs et des Romains : « l’Antiquité après l’Antiquité », comme la revue Anabases depuis 2005, ou le carnet de recherche Antiquipop depuis 2015, consacré à l’étude de l’Antiquité dans la culture pop et ses supports. Ces travaux visent moins à établir ou à critiquer la fidélité d’une production à l’égard de ses sources antiques qu’à montrer leur intégration et leur actualisation dans un présent vivant, ouvert et multiple qui noue intimement les enjeux esthétiques, culturels, sociaux et idéologiques de la source et de ses réinterprétations. Si cette approche prend désormais de l’ampleur en France, elle a d’abord été théorisée au Royaume-Uni dans les années 1990, sous l’impulsion de Charles Martindale, sous le nom de « réception classique » (Classical Reception Studies)1. La théorie de la réception postule que le sens des textes et des cultures de l’Antiquité évolue en fonction de chaque contexte et support de réception, d’où un phénomène de traduction et de transformation permanent. Dans cette perspective, il ne s’agit plus de confronter les objets de la culture contemporaine à la vérité immuable d’une Antiquité historique, mais de chercher à comprendre comment notre culture elle-même façonne la « matière antique », selon l’expression de Véronique Gély2.

La réception, qui permet d’accueillir au sein d’un enseignement classique les œuvres contemporaines, légitime du même coup une démarche inverse et complémentaire : réformer notre utilisation des sources antiques dans l’enseignement contemporain. Ainsi, après de récentes propositions pour enseigner les Langues et Cultures de l’Antiquité à travers les ressources fournies par le théâtre antique et l’oralisation des langues anciennes3, d’autres chercheurs puisent dans les pratiques pédagogiques anciennes, comme les progymnasmata (exercices préparatoires à la rhétorique), pour rénover la formation littéraire moderne4.

Mise en scène d’un extrait de Pseudolus (Plaute), trad. angl. de S. Jeppesen, dans le cadre du programme NEH Summer Institute: Roman Comedy in Performance dirigé par S. James et T. Moore, 2012.

Ces nouvelles pratiques pédagogiques, parfois peu visibles car relevant d’initiatives locales, ont été mises à l’honneur à l’occasion d’une journée dédiée au renouvellement de la didactique des Langues et Cultures de l’Antiquité par l’intégration de la réception classique5. Grâce à trois sessions thématiques (le jeu vidéo, le mythe et l’élève-acteur), l’objectif de la journée était de réduire la distance entre théorie de la réception et pratiques de terrain.

Entre les travaux théoriques du monde universitaire et l’empirisme des initiatives pédagogiques individuelles, la réception classique est une approche transdisciplinaire qui étudie l’Antiquité au même titre que l’histoire, les lettres ou l’archéologie. Or, en utilisant le paradigme et les méthodes de la réception classique, il devient possible de dépasser l’opposition entre la source authentique et sa version contemporaine, toujours soupçonnée de falsification ou d’erreur. Dans le cadre du cours, en s’ouvrant à un questionnement plus large sur les enjeux de la matière antique dans le monde contemporain, cette approche permet aussi de ne pas réduire les œuvres inspirées par l’Antiquité à une unique fonction d’illustration.

À l’issue de cette journée d’étude, la création d’un carnet scientifique en français dédié à la pédagogie de la réception classique s’est imposée. Mentor est né. À l’heure où la première chaire universitaire en « Réception de l’Antiquité » a été créée en France6, nous nous adressons à tous les chercheurs et enseignants qui incluent un médium contemporain pour transmettre la culture antique (littérature jeunesse, art, cinéma, jeu-vidéo, etc.) ou bien une source antique réactualisée en classe (art oratoire, théâtre, etc.).

Mentor se présente comme un espace de partage dans le contexte du vaste chantier actuel sur la place des LCA dans l’enseignement et la société. Vous trouverez ici un suivi de l’actualité scientifique des études de réception classique en lien avec la didactique des LCA (articles, comptes-rendus d’ouvrage & agenda des événements). Inspiré à la fois par le contenu pédagogique proposé par Arrête Ton Char et par les articles scientifiques d’Anabases et du Journal of Classics Teaching, Mentor vise à rassembler des ressources à la fois théoriques et pratiques pour aborder les enjeux éducatifs de la réception classique. Les articles seront centrés sur un projet pédagogique – déjà expérimenté ou envisagé – qui peut prendre des formes variées (atelier, séquence, séance, séminaire, etc.) et s’adresser à divers publics (enseignement secondaire ou universitaire). Les compte-rendus d’ouvrages porteront sur des publications ayant trait à la réception classique et à l’évolution de la didactique des LCA.

Pour toute proposition de contribution, veuillez écrire à mentor.matiereantique@gmail.com. Les articles d’enseignants du secondaire et de jeunes chercheurs sont les bienvenus.

Citer ce contenu : Clara Daniel, "Présentation du projet éditorial du carnet Mentor – la matière antique dans la classe", in C. Daniel et B. Sevestre-Giraud (éd.), Mentor, 27/09/2021, https://mentor.hypotheses.org/1, 26/11/2021.

  1. Charles Martindale, Redeeming the Text: Latin Poetry and the Hermeneutics of Reception, Cambridge ; New York, Cambridge University Press, 1993. En s’appuyant sur la Rezeptionsästhetik (« poétique de la réception ») théorisée par Hans Robert Jauss en Allemagne dans les années 1970, ce chercheur antiquisant et comparatiste britannique a démontré le rôle du lecteur dans l’interprétation du texte ancien. []
  2. Véronique Gély, « Les Anciens et nous : la littérature contemporaine et la matière antique », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, vol. 1, no 2, 2009, p. 19-40. []
  3. Malika Bastin-Hammou, Filippo Fonio et Pascale Paré-Rey (dir.), Fabula agitur : pratiques théâtrales, oralisation et didactique des langues et cultures de l’Antiquité, Grenoble, Presses pluridisciplinaires de l’Université Grenoble Alpes, 2019 []
  4. Pierre Chiron et Benoît Sans, Les progymnasmata de l’Antiquité à nos jours, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2020. []
  5. Clara Daniel et Benjamin Sevestre-Giraud, « Compte rendu de la journée d’étude ‘Réception classique et pédagogie : la matière antique dans la classe’ (22 octobre 2020, AMU) », Antiquipop [en ligne], 2020, URL : https://antiquipop.hypotheses.org/9710 []
  6. Depuis la rentrée 2021, Fabien Bièvre-Perrin occupe la chaire de Maître de conférence en « Réception de l’Antiquité » à l’Université de Lorraine. []

Clara Daniel

Docteure en littérature générale et comparée (Aix-Marseille Université), Clara Daniel travaille sur la traduction et la réception contemporaines des textes antiques. Elle cherche notamment à adapter le théâtre de Plaute en classe et sur scène, afin de retrouver son potentiel de jeu comique. Elle est actuellement collaboratrice bénévole au CPAF-TDMAM (Aix-Marseille Université).

“L’Antiquité, vous allez kiffer”, Treize Minutes Jeunes chercheurs, Marseille, l’Alcazar, 2017.

Benjamin Sevestre-Giraud

Doctorant contractuel en Sciences de l’Antiquité et en Rhétorique (Aix-Marseille Université / Université libre de Bruxelles), agrégé de Lettres classiques, Benjamin Sevestre-Giraud travaille sur l’histoire de la pédagogie rhétorique et ses renouveaux dans l’enseignement contemporain. Il est rattaché au CPAF-TDMAM (Aix-Marseille Université) et membre de Groupe de recherche en rhétorique et en argumentation linguistique (GRAL) de l’Université libre de Bruxelles.

5 nov. 2021-3 fév. 2022 : Antigone à Molenbeek & Tirésias, mise en scène Guy Cassiers, textes de Stefan Hertmans et Kae Tempest, tournée en France.

17 oct. 2021-23 janv. 2022 : exposition Sosno squatte l’Antique, Musée d’Archéologie de Nice / Cimiez.

9 oct. 2021- 9 janv. 2022 : exposition Ils en font toute une Histoire ! Quand la mythologie gréco-romaine rencontre la culture contemporaine, Musée d’Art et d’Histoire d’Orange.

23 sept.-3 oct. 2021 : Médée de Sénèque, mise en scène Tommy Milliot, trad. Florence Dupont, Théâtre de la Criée (Marseille) puis tournée en France 2021/2022.

2021

15 déc. 2021 [date-limite] : appel à communications pour la journée d’étude Les mythes au XXIe siècle, 13 mai 2022, Besançon.

26 et 27 nov. : journées d’étude Traduite, adapter, représenter les théâtres anciens sur la scène occidentale : de la poétique à la scène, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence. Programme à venir.

1 et 3 nov. : conférence en ligne Classics in Colonial Cities, The University of Sydney. Accès libre et gratuit sur inscription.

21 et 22 oct. : workshop grec et latin Mission traduction, salle des Colloques 1, Université Paul-Valéry Montpellier 3 – Site Saint-Charles.

11 oct.-29 nov. : séminaire en ligne Receptions and Comparatisms (APGRD). Accès libre et gratuit sur inscription. Contact : apgrd@classics.ox.ac.uk. Les conférences seront enregistrées et mises en ligne.

16 et 17 oct. : conférence en ligne Cambridge School Classics Project (CSCP 2021). Accès libre et gratuit sur inscription. Les conférences seront enregistrées et mises en ligne.