Séance du 8 juin : Histoire / histoires : l’art de construire un récit

Sébastien Cabes : « Quelle place pour l’archéologie dans l’enseignement de l’histoire (en France) ? »

Travaillant sur les élites rurales d’Aquitaine méridionale à l’époque romaine, Sébastien Cabes est doctorant en archéologie et en histoire ancienne (IRAA-CNRS-Université de Pau). Il enseigne par ailleurs l’histoire-géographie en collège ainsi que l’histoire romaine et l’archéologie à l’université de Pau. Dans cette communication, il présente une analyse de la place de l’archéologie dans les programmes d’histoire ainsi que les résultats d’une enquête quantitative sur les rapports qu’entretiennent les enseignants d’histoire-géographie avec la discipline et les savoirs archéologiques. En conclusion, l’enseignant partage des exemples d’actions et de projets pédagogiques autour de l’archéologie en collège.

___________________________________________

Benoît Sans : « Exercer le regard “ekphrastique” : de la rhétorique antique à l’écriture du fait divers »

Docteur en études latines et spécialiste de rhétorique ancienne, Benoît Sans enseigne le latin à l’Université libre de Bruxelles. Il mène également, à l’Université de Lille, dans le cadre d’une bourse européenne Marie Curie, un projet de recherche croisant rhétorique ancienne et pédagogie. Benoît Sans a publié de nombreux articles sur l’enseignement de la rhétorique et notamment coordonné, avec Pierre Chiron, la publication d’un important recueil d’articles consacrés à l’histoire et à la réactualisation des exercices de rhétorique (Les progymnasmata en pratique de l’Antiquité à nos jours, Éd. Rue d’Ulm, 2020). Après une présentation de la formation rhétorique au discours, sa communication expose le déroulé et les résultats d’une séquence pédagogique (niveau lycée) autour de la narration, à partir d’un travail sur le genre du fait divers.

___________________________________________

L’archéologie et la rhétorique ont pour point commun d’occuper une place ambiguë et limitée dans les programmes d’enseignement contemporains et les pratiques des enseignants. Ces deux communications présentent et documentent, à travers des expériences concrètes, l’intérêt des pratiques archéologiques, d’une part, et rhétoriques, d’autre part, dans la formation du citoyen critique. Avec des paradigmes et des objets différents, les deux démarches proposées soulignent de fait la plasticité des cours LCA qui peuvent accueillir tant des pratiques pédagogiques inspirées de l’archéologie de terrain que du renouveau des exercices rhétoriques. Dans les deux cas, c’est la pédagogie de projet, centrée sur la mise en activité des élèves, qui semble la voie favorisée.

Séance du 18 mai : De la figure historique à l’imaginaire culturel

Élise Pampanay et Fabien Bièvre-Perrin : « Cléopâtre dans tous ses états : histoire et fictions. Étudier une figure historique avec des 3e latinistes en s’appuyant sur la réception de l’Antiquité et la culture des élèves. »

Agrégée de lettres classiques, Élise Pampanay est enseignante au collège et vacataire de grec ancien à l’ENS de Lyon. En 2019, elle a soutenu une thèse à l’Université Lyon 2 (HiSoMA), intitulée « Représentations imagières et textuelles des femmes sur les monuments funéraires attiques classiques. » Passionnée par ailleurs par les réceptions antiques dans la culture pop contemporaine, Élise Pampanay est aussi membre du bureau de l’association Antiquipop. Créé en 2015, ce carnet de recherche, unique en son genre, est dédié à l’analyse des références à l’Antiquité dans les productions culturelles contemporaines : musique, films, séries, publicité, mode, jeux vidéo, etc.

Fabien Bièvre-Perrin est Maître de conférences en réception de l’Antiquité à l’Université de Lorraine et docteur en Histoire et Archéologie (HisCAnt-MA). Dans le cadre d’une bourse européenne Marie Sklodowska-Curie, il a porté le projet Feminicon (Centre Jean Bérard, 2020). Son premier article issu de ce projet dédié à la représentation des femmes et du féminin en Grande-Grèce et en Illyrie du VIIIe au IIIe siècle avant notre ère vient d’être publié. Fabien Bièvre-Perrin est aussi le co-fondateur de la revue Frontière.s (histoire, histoire de l’art et archéologie) ainsi que du carnet Antiquipop.

Ils nous proposent ici une communication à deux voix consacrée à une séquence pédagogique proposée par Élise Pampanay dans son cours de latin destiné à des élèves de 3ème. Leur présentation détaillée du déroulement de la séquence, centrée sur Cléopâtre, s’accompagne de questionnements sur les enjeux de la pédagogie de la réception.

Entre histoire, mythe et fiction, Fabien-Bièvre Perrin et Élise Pampanay analysent la manière dont peuvent s’articuler, dans l’enseignement des LCA, ces différentes notions, à partir d’un exemple célèbre de “figure historique” : la reine Cléopâtre. En formant les élèves à la recherche documentaire, cette expérience propose une réflexion explicite sur la construction de la vérité historique, la divergence des sources et la circulation culturelle. Pour identifier les compétences visées par les différentes activités de la séquence présentée, les intervenants s’appuient notamment sur la notion récente de littératie visuelle et numérique.

À partir d’enquêtes sur le légendaire bain de lait de Cléopâtre ou encore la prétendue longueur de son nez, deux questions pédagogiques sur l’enseignement des LCA sont soulevées :

  • une réflexion sur les compétences culturelles et critiques travaillées dans les cours de LCA, qui mobilisent une grande variété de médiums (textuel, visuel, numérique, audiovisuel…) et, par conséquent, des outils d’analyse spécifiques parfois peu mobilisés dans les cursus de Lettres classiques, où les textes occupent une place prépondérante ;
  • ensuite, dans le temps limité du cours, quel équilibre trouver entre ces compétences transversales de recherche, d’écriture, de lecture et d’interprétation et les contenus linguistiques des programmes d’enseignement en LCA ?

Séance du 30 mars : Réceptions antiques et œuvres d’art (bande dessinée et culture audiovisuelle)

Julie Gallego : « Quelles approches possibles de la culture antique dans le cadre d’un cours transversal de bande dessinée en Licence ? L’exemple du mythe de Médée »

Maître de conférences en langue et linguistique latines à l’université de Pau, Julie Gallego est responsable de la section des Lettres classiques. Ses thèmes de recherche, en lien avec la réception de l’Antiquité, incluent la littérature jeunesse, le péplum ou encore la bande dessinée historique. Sous sa direction, sont parues vingt-huit études consacrées à la bande dessinée historique mettant en scène l’Antiquité1. Plus récemment, Julie Gallego a consacré un article à la réécriture du mythe de Médée2. Dans cette communication, c’est précisément la réception de ce mythe qui intéresse la chercheuse : elle nous présente un cours universitaire qui articule la découverte de l’histoire de Médée et le projet créatif d’écriture d’une bande dessinée.

Tiphaine-Annabelle Besnard : « Enseigner les Reception Studies à l’université. Retour d’expérience dans le département d’Arts plastiques d’Aix-Marseille Université (2018-2020) »

Tiphaine-Annabelle Besnard est docteure en histoire de l’art et membre associée du laboratoire Patrimoine Histoire Littérature-ERASME (Équipe de recherche sur la Réception de l’Antiquité : Sources, Mémoires, enjeux) de l’université Toulouse-Jean Jaurès. Sa thèse, soutenue en décembre 2021, s’intitule « L’odyssée de l’art néo-néo. Réceptions de l’Antiquité grecque et romaine dans l’art contemporain, de 1980 à nos jours. » Tiphaine-Annabelle Besnard partage ici son expérience d’enseignement auprès d’un public d’étudiants en Arts plastiques de l’université d’Aix-Marseille. Relevant à la fois de l’histoire de l’art et de la réception, son cours était construit en deux volets : les grandes périodes historiques de l’art grec, romain et égyptien d’une part, le phénomène de reprises d’œuvres antique dans la culture visuelle contemporaine (art moderne et contemporain, cinéma, TV, publicité, jeu vidéo, bande dessinée, manga, haute couture, etc.) d’autre part.

Dans un cours consacré à l’Antiquité, quel(s) rapport(s) entretenir avec la source antique ? À partir de deux disciplines différentes, la philologie et l’histoire culturelle d’une part, l’histoire de l’art d’autre part, ces deux communications présentent plusieurs approches pédagogiques de la « matière antique » :

  • d’abord, le contact avec la source historique et son contexte, la lecture des textes authentiques et la fréquentation de ses productions artistiques, où l’attention est plutôt centrée sur l’origine et l’original,
  • ensuite, l’ouverture sur une perspective diachronique, qui invite à intégrer la multiplicité des réemplois et des interprétations dans des lieux, des époques et des formats très variés ; le regard y est centré sur la réception et ses contextes,
  • enfin, une approche plus créative à travers laquelle on propose aux élèves d’interroger, par la pratique, le statut symbolique et culturel particulier que l’Antiquité occupe dans la société contemporaine.
  1. La Bande dessinée historique. Premier cycle : l’Antiquité, Pau, PUPPA, 2015 []
  2. « La reescritura del mito de la monstruosa Medea a través del feminismo », in Luis Unceta Gómez y Helena González Vaquerizo (éd.), En los márgenes del mito : hibridaciones de la mitología clásica en la cultura de masas contemporánea, Catarata/UÁM Ediciones, Madrid, 2022, p. 37-60 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search