Séance du 8 juin : Histoire / histoires : l’art de construire un récit

Sébastien Cabes : « Quelle place pour l’archéologie dans l’enseignement de l’histoire (en France) ? »

Travaillant sur les élites rurales d’Aquitaine méridionale à l’époque romaine, Sébastien Cabes est doctorant en archéologie et en histoire ancienne (IRAA-CNRS-Université de Pau). Il enseigne par ailleurs l’histoire-géographie en collège ainsi que l’histoire romaine et l’archéologie à l’université de Pau. Dans cette communication, il présente une analyse de la place de l’archéologie dans les programmes d’histoire ainsi que les résultats d’une enquête quantitative sur les rapports qu’entretiennent les enseignants d’histoire-géographie avec la discipline et les savoirs archéologiques. En conclusion, l’enseignant partage des exemples d’actions et de projets pédagogiques autour de l’archéologie en collège.

___________________________________________

Benoît Sans : « Exercer le regard “ekphrastique” : de la rhétorique antique à l’écriture du fait divers »

Docteur en études latines et spécialiste de rhétorique ancienne, Benoît Sans enseigne le latin à l’Université libre de Bruxelles. Il mène également, à l’Université de Lille, dans le cadre d’une bourse européenne Marie Curie, un projet de recherche croisant rhétorique ancienne et pédagogie. Benoît Sans a publié de nombreux articles sur l’enseignement de la rhétorique et notamment coordonné, avec Pierre Chiron, la publication d’un important recueil d’articles consacrés à l’histoire et à la réactualisation des exercices de rhétorique (Les progymnasmata en pratique de l’Antiquité à nos jours, Éd. Rue d’Ulm, 2020). Après une présentation de la formation rhétorique au discours, sa communication expose le déroulé et les résultats d’une séquence pédagogique (niveau lycée) autour de la narration, à partir d’un travail sur le genre du fait divers.

___________________________________________

L’archéologie et la rhétorique ont pour point commun d’occuper une place ambiguë et limitée dans les programmes d’enseignement contemporains et les pratiques des enseignants. Ces deux communications présentent et documentent, à travers des expériences concrètes, l’intérêt des pratiques archéologiques, d’une part, et rhétoriques, d’autre part, dans la formation du citoyen critique. Avec des paradigmes et des objets différents, les deux démarches proposées soulignent de fait la plasticité des cours LCA qui peuvent accueillir tant des pratiques pédagogiques inspirées de l’archéologie de terrain que du renouveau des exercices rhétoriques. Dans les deux cas, c’est la pédagogie de projet, centrée sur la mise en activité des élèves, qui semble la voie favorisée.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Benjamin Sevestre-Giraud (28 septembre 2022). Séance du 8 juin : Histoire / histoires : l’art de construire un récit. Mentor. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rd81


Auteur/autrice : Benjamin Sevestre-Giraud

Doctorant en rhétorique (Aix-Marseille Université (CPAF) / Université libre de Bruxelles (GRAL)), professeur agrégé de Lettres/Communication (Université Sorbonne Paris-Nord)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search